http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/issue/feed Institut de Recherches et d'Etudes Philosophiques 2023-11-27T19:59:44+01:00 N'Dré Sam Beugré ireph.recherches20@gmail.com Open Journal Systems <p>L'ireph est la revue officielle de l'Institut de Recherches et d'Etudes Philosophiques qui publie des recherches en sciences humaine. L'ireph publie en eespagnol, en portugais, en anglais et en français des articles scientifiques révisés par les pairs ainsi que des tribunes du livre et des études critiques, soutenant ainsi le mandat du centre de recherches, lequel consiste à promouvoir la recherche et l'éducation en philosophie. Les textes publiés dans ireph appartiennent aux divers domaines de la recherche universitaire en philosophie, sans discrimination d'allégeance philosophique. Tous les articles et les études critiques soumis sont évalués sans indication d'auteur par les pairs. La revue s'adresse à un lectorat composé principalement d'enseignant-e-s en philosophie, d'étudiant-e-s aux cycles universitaires supérieurs et de chercheurs œuvrant dans des disciplines connexes.</p> http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/article/view/39 La philosophie comme la saisie éthique de la réalité du monde 2023-10-30T12:50:57+01:00 Oumar KONÉ Koneoumar209@gmail.com Ibrahim Amara DIALLO ibradiallo5805@gmail.com <p>La philosophie ne se manifeste pas forcement dans sa conformité avec le temps. Car le temps est fait ou, du moins, est dominé par une réalité empirique passagère. La philosophie, en tant que jugement réfléchissant, veut prendre le dessus de ce qui est dans le temps comme mode pour le faire ramener vers un centre. Le centre, c’est ce qui constitue une dimension verticale ou métaphysique d’une chose. Comme le dit D. K. Augustin (1982, p. 122),&nbsp;«&nbsp;il n’est pas destin plus misérable pour une pensée que de se retrouver sur le marché comme produit de consommation, une chose parmi les choses&nbsp;! La pensée dans son essence est ce qui ne se subordonne pas&nbsp; au temps, ce qui ne se laisse pas rendre actuel. La pensée est l’inactuel&nbsp;». Pour l’inactuel, il importe de ne pas l’appréhender comme ce qui est désuète, obsolète&nbsp;; mais, il s’agit de prendre la distance critique pour comprendre ce qui détermine le temps, et ce qu’il faut faire pour l’orienter éthiquement vers un nouvel horizon plus humaniste.</p> 2023-10-30T00:00:00+01:00 (c) Tous droits réservés Oumar KONÉ, Ibrahim Amara DIALLO 2023 http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/article/view/38 De la notion de substance chez Descartes et chez Leibniz 2023-10-30T12:41:44+01:00 Alathé Mireille BODO bodomireille@gmail.com Alla Marcellin KONIN kroumarcellin@yahoo.fr <p>Tout comme Descartes, la notion de substance joue un rôle très important dans la philosophie de Leibniz. Elle se rattache à sa théorie de la force. C’est pourquoi, dans son opposition au concept cartésien de la matière et de l’esprit, Leibniz développe une théorie originale et radicale de la substance dont les caractéristiques définitoires comprennent un principe intrinsèque de force ou d’action. Toute substance selon Leibniz, est perpétuellement agissante et produit, avec le concours de Dieu, ses opérations internes coordonnées avec les opérations des autres substances, ce qui forme un système des substances. Ce système est réglé selon la loi des séries des actions. Ainsi, pour dépasser les définitions cartésiennes de l’esprit et de la matière, Leibniz, en plus de la théorie de la force, développe une autre théorie, appelée la théorie des monades. En effet, la monade, comme unité simple par soi, analysable en un principe actif appelé âme, est une forme substantielle sans parties, ayant des actions propres qui changent continuellement leurs rapports. C’est ce changement permanent qui crée le dynamisme dans l’univers leibnizien.</p> 2023-10-30T00:00:00+01:00 (c) Tous droits réservés Alathé Mireille BODO, Alla Marcellin KONIN 2023 http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/article/view/42 La religion dans la résolution des conflits politiques : 2023-10-30T13:43:03+01:00 Jean-Honoré KOFFI jhkoffi@gmail.com Gbotta TAYORO tayorogbotta@yahoo.fr <p>Quoique messagère d’unité et de paix, la religion semble <em>a priori</em> démunie dans la résolution des conflits politiques&nbsp;: elle constitue avec la politique deux sphères de valeurs et deux ordres de vie distincts. On peut ainsi douter de la pertinence même de son action. En s’engageant dans la gestion pacifique de conflits aux enjeux complexes et multiples, le religieux entreprend une mission quasi impossible. Pour autant, sa médiation est-elle immanquablement vouée à l’échec&nbsp;? Telle est la question que l’on se propose d’examiner dans le présent article. Tout en reconnaissant certaines limites à l’institution religieuse, nous montrerons qu’en dépit des apparences, elle dispose de ressources à même de contenir, voire de résorber des conflits. Par conséquent, il sied d’identifier les limites et les conditions de sa contribution à travers trois points principaux&nbsp;: une définition des notions en jeu, un examen des limites de la religion et une mise en évidence de ses potentialités. L’objectif est de mettre l’accent sur son potentiel en matière de paix, une compétence à laquelle le monde politique pourrait recourir plus fortement.</p> 2023-10-30T00:00:00+01:00 (c) Tous droits réservés Jean-Honoré KOFFI, Gbotta TAYORO 2023 http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/article/view/37 L’Homme de l’Intelligence Artificielle 2023-10-30T12:35:22+01:00 Anoman Nathalie DON nathalieake@yahoo.fr Mohamed Al Amine FOFANA mohamed.alamine225@gmail.com <p>Présente presque partout, l’intelligence artificielle (IA), maillon incontournable de la civilisation numérique, n’a pas que dévalué le travail manuel et industriel. Il a également réinventé les rapports de pouvoir et l’action citoyenne, restructuré l’économie, les modes de consommation et de vie, réviser les représentations de la vie humaine et les doctrines philosophiques, etc. Mais bien plus, sous l’impulsion de l’IA, l’homme à l’ère du numérique, subi lui-même des mutations anthropologiques considérables. Loin de la figure du cyborg, nous assistons à l’avènement d’un nouvel humain, d’un « homme de l’IA » au terme d’un long processus de réforme totale de l’être humain ou d’hominescence. Cet article se veut un apport à la critique de la figure de la Singularité et une contribution à la caractérisation de l’homme de l’IA.</p> 2023-10-30T00:00:00+01:00 (c) Tous droits réservés Anoman Nathalie DON , Mohamed Al Amine FOFANA 2023 http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/article/view/31 Inoculation du risque comme défi en contexte de crise environnementale 2023-10-24T15:48:23+02:00 Baboua TIENE babtiene@gmail.com Torna SORO tornasoro@yahoo.ca <p>Inoculer le risque dans la conscience humaine, afin que chaque facteur dangereux puisse être tenu pour normal, est un principe de la société techno-industrielle. Il en est ainsi avec l’exploitation massive des ressources naturelles, l’implantation extensive des industries, la conquête spatiale, l’urbanisation croissante, l’usage massif des pesticides dans l’agriculture, le développement des Organismes Génétiquement Modifiés, entre autres. Tous ces facteurs qui relèvent de l’activité développementiste de l’homme sont aussi porteurs de risques divers pour la vie sur terre. Mais, la tendance est de minimiser ces risques, ou même de les faire admettre comme des nécessités sur la voie de la réalisation du bonheur humain. Cette volonté d’inoculer les risques dans les esprits interroge quant à la possibilité de voir émerger une volonté et un engagement réels de l’humanité de trouver réponse à la crise environnementale majeure qui étreint de plus en plus le facteur vie sur terre. Notre but est d’identifier les aspects de cette inoculation afin d’ouvrir le débat sur les perspectives de protection de la vie qui s’offrent à l’humanité.</p> 2023-10-30T00:00:00+01:00 (c) Tous droits réservés Baboua TIENE , Torna SORO 2023 http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/article/view/40 Les politiques linguistiques en Algérie : 2023-10-30T13:22:57+01:00 Souheila HEDID soussouhedid@gmail.com <p>Dans la présente dissertation, il s’agit de mettre l’accent sur les différentes politiques linguistiques adoptées par l’État Algérien. Une approche méthodologique constructiviste et historique sera utilisée afin de cerner les différentes configurations de la problématique.</p> <p>Le travail présenté ici s’oriente davantage vers une construction du savoir à partir de la lecture d’un ensemble de documents et de textes officiels. Nous ne retenons que les textes relatifs aux problématiques linguistiques et qui régissent la coexistence des langues dans le contexte algérien. Un bricolage méthodologique est adopté afin d’alimenter les différentes réflexions et consolider l’argumentation.&nbsp;</p> 2023-10-30T00:00:00+01:00 (c) Tous droits réservés Souheila HEDID 2023 http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/article/view/30 Tanella Boni : Au chœur des mots pour une émancipation de l’Homme 2023-10-24T15:40:52+02:00 Zahouo Alain KOFFI alainkoffi81@gmail.com <p>Les débats auxquels prennent part les œuvres littéraires et philosophiques de Tanella Boni tournent pour la plupart à la fois autour du statut de l’homme et de l’émancipation de l’homme. Dans un monde gagné par la culture livresque, elle n’avait que pour moyen essentiel les mots pour véhiculer son message. Une traçabilité qui vise le changement du regard de l’autre, un message qui vise la construction de l’homme nouveau et de sa dignité. L’artiste par le poids et l’usage des mots se trouve engagé dans un concert intellectuel où crépite le sens des mots pour dénoncer les tares de la société. C’est ce concert intellectuel que nous désignons comme étant un chœur des mots qui chante au cœur de l’humanité.</p> 2023-10-30T00:00:00+01:00 (c) Tous droits réservés Zahouo Alain KOFFI 2023 http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/article/view/36 La construction elliptique de la phrase par l’infinitif dans Monnè, Outrages et Défis d’Ahmadou Kourouma 2023-10-30T12:24:21+01:00 Kamenan Koffi Pascal ALLA allakamenan@gmail.com <p>Dan Monnè, Outrages et Défis d’Ahmadou Kourouma, l’infinitif employé sous toutes ses formes occupe une place de choix. L’analyse morphosyntaxique de l’infinitif a révélé que Kourouma s’est beaucoup servi de la construction elliptique de celui-ci pour narrer les faits violents vécus pendant la période coloniale. Cette violence a été perpétrée aussi par les Africains que par les colons. En effet, les Occidentaux, pour pouvoir conquérir l’Afrique ont employé la manière forte. Par le biais de la construction elliptique de l’infinitif, l’auteur&nbsp; a montré cette violence subie par les Africains dans toute sa laideur. Malgré quelques oppositions, les Africains subiront des violences morales ou psychologiques, des violences physiques jusqu’à ce que mort s’en suive car des rois comme Djigui Kéita ne pouvaient pas accepter la domination occidentale.</p> 2023-10-30T00:00:00+01:00 (c) Tous droits réservés Kamenan Koffi Pascal ALLA 2023 http://penseeafricaine.net/index.php/ireph/article/view/43 Patočka et phénoménologie ou l'autre visage de la philosophie 2023-10-30T21:39:44+01:00 Gnagne Alphonse AKPA alphonseakpa@yahoo.fr Assielou Antione Fabrice KOUADÉ fabricekouade@gmail.com <p> Même si Patočka n'a jamais réussi à critiquer les limites politiques des philosophies de Husserl et de Heidegger, il a clairement fixé les limites de ces philosophies, limites au-delà desquelles la philosophie phénoménologique de Patočka adopte une nouvelle dimension. Dans cet article, nous soutenons que face aux limites de Husserl et de Heidegger, il est effectivement possible de trouver chez Patočka des éléments solides sur lesquels construire une philosophie politique et sociale au sens le plus fort du terme – et donc, aussi une éthique, qui peut contribuer de manière significative à la pensée africaine au sens phénoménologique, ainsi qu'au développement continu du monde contemporain. Le concept philosophique de Patočka représente une avancée significative dans la philosophie phénoménologique et nous permet de nous éloigner de l'idéalisme – qu'il soit transcendantal ou ontologique.</p> 2023-10-30T00:00:00+01:00 (c) Tous droits réservés Gnagne Alphonse AKPA 2023